Ampoule

Comment Andorfine Kitchen est né?

Storytelling et compagnie…

Andorfine Kitchen, quel drôle de nom… Nous avons souhaité trouver un lien entre le mot “bonheur” et le mot “cuisine”. Les Endorphines, sont également appelées “les hormones du bonheur”. Ceux sont des “substances produites par certaines cellules du système nerveux centrale ayant des propriétés analgésiques semblables à celle de la morphine”. Nous souhaitions qu’il y ait  une continuité entre le blog de cuisine et pâtisserie Akalie créé il y a 7 ans. La baseline du blog est “Le bonheur n’est pas dans le pré… mais dans la cuisine”. Voilà comment le nom Andorfine Kitchen est né.

Petit à petit, mon idée s’affinait…

La cuisine thérapie 

Un jour après une opération chirurgicale, j’ai fait une mauvaise réaction et pendant 48h, j’ai souffert le martyr. Je n’arrivais pas à penser à autre chose et faisais tout pour la faire disparaitre. (Si j’avais fait de la méditation à ce moment là, ça m’aurait surement beaucoup aidé). J’ai décidé d’ouvrir un livre de cuisine et d’apprendre à faire des bonbons au chocolat, fourrés au praliné. Tout un programme… Le tempérage du chocolat n’est pas facile au départ… J’ai dû me concentrer comme jamais, pendant ces 3h de pâtisserie, je n’ai souffert. Cela parait dingue, mais je n’avais pas mal. J’étais focalisé sur autre chose, je faisais fonctionner mon cerveau , j’arrivais à trouver de la satisfaction. Une fois ma session terminée, j’ai eu à nouveau très mal. L’anecdote, je vous la raconte pour vous expliquer le tout premier point de départ d’Andorfine Kitchen. La cuisine est une sorte de thérapie. Aujourd’hui on caresse les chevaux, on fait du coloriage et c’est considéré comme de l’art thérapie. Je maintiens fermement que la cuisine dépasse tout cela.

La pouvoir de la cuisine

Toute ma vie je m’en souviendrai. Un vendredi soir, un coup de téléphone a fait basculer ma vie. Une de mes meilleures amie venait de décéder. Envie de rien, plus d’énergie, plus de force, une tristesse infinie, et pourtant je devais donner un cours de pâtisserie lors d’un salon culinaire devant des enfants et leurs parents… Le salon “BON ramène tes parents“. C’était impensable d’animer ce cours, avec un moral au plus bas. Impensable et au final j’y suis allée, en mode robot. La magie de la cuisine a fait que lorsque j’ai dû rassembler mes esprits et être à 100%, je l’ai été. Pendant deux heures, personnes n’a pu déceler que j’étais infiniment triste, personne. Je me suis mise dans une bulle de protection et j’ai été heureuse. Heureuse pendant 2h où j’étais fière de leurs donner un cours, satisfaite des desserts que j’avais produit, leurs regards et leurs mercis me portaient. Deuxième moment où je me suis dit que la cuisine était un refuge incroyable.

Des années de privation, d’obsessions alimentaires

Je ne suis pas médecin, ni nutritionniste (mais si je suis passionnée depuis des années par ce métier). Je suis surtout une preuve vivante que l’on peut s’en sortir. Plus jeune, j’étais bourrée de complexes d’adolescentes, je suis rentrée dans un cercle vicieux, pensant que tous mes problèmes de manque de confiance et d’estime de moi venaient probablement des 2kg que j’avais à perdre.

Je me suis privée de tout, je me voyais dans une glace avec des yeux d’obèse, je refusais de manger ce que cuisinaient mes parents (forcément il n’y avait pas d’indices calories indiqués). Bref un enfer. Il y a les bons et les mauvais produits. Une obsession délirante qui m’a gâché de nombreuses années. J’étais sans cesse entrain de calculer et de négocier avec ma petite voix intérieure (non tu ne peux pas manger de frites, tu vas prendre trois kilos ! – J’ai pris un burger hier, aujourd’hui c’est soupe au choux obligatoires !)…

Virage à 360 : Et si la peur n’existait pas, qu’est ce que je ferai? 

Voilà la question que je me suis posée il y a quelques temps. Si la peur n’existait pas, je quitterai mon CDI pour monter ma boite (car je n’aurai pas peur de prendre des risques). Je quitterais Paris pour m’installer à Bordeaux (car je n’aurais pas peur de ne pas avoir une vie sociale débordante), j’achèterais un appart (car je n’aurais pas peur de pas pouvoir rembourser mon emprunt). Je venais de voir que la vie ne tenait qu’a un fil, que tout pouvait s’arrêter du jour au lendemain. J’avais cette impression étrange d’être dans un train en marche, mais qui n’avait pas d’arrêt de prévu. La seule façon d’en sortir était de sauter sur le quai – pour sortir de ma zone de confort -.

En un an, j’ai fait tout cela. Je me suis retrouvée sur le quai, à choisir quel train j’allais pouvoir conduire… Je me sentais vivante, heureuse de sentir que j’avais trouver mon chemin de vie. Celui d’aider les autres, à retrouver une relation saine avec la nourriture.

Les aliments Tabous 

Le jour où j’ai ouvert mon blog, j’ai retrouvé progressivement l’envie de cuisiner des aliments “tabous”. La crème, le beurre, le sucre, la confiture, la pâte à tartiner… Je me suis aperçue que je les avais changé de catégories, ils n’étaient plus “le diable en personne”, j’arrivais à acheter un pot de Nutella sans avoir à le cacher chez moi… de peur de ne pas arriver à me contrôler. Finalement, j’avais sans le vouloir désacralisé  le pouvoir que je leurs donnais. Comme par hasard, je me suis rendu compte que je craquais beaucoup moins de façon compulsive. C’était déjà à l’époque, un des principes de l’alimentation intuitive que je faisais sans le savoir.

La reprogrammation alimentaire

Après de nombreuses recherches sur l’intelligence alimentaire, la mémoire cellulaire, je suis tombée sur le concept de “reprogrammation alimentaire”. Tous ces livres étaient d’ailleurs canadiens ! Ils ont toujours eu une longueur d’avance sur nous… Je trouvais absolument passionnant l’idée que tout se déprogrammait et se reprogrammait. J’ai entamé une formation qui va durer plusieurs années sur les intolérances et les allergies alimentaires (Méthode JMV). Dans le même laps de temps j’ai découvert le concept d’Intuitive Eating, créé par Evelyne Tribole et Elyse Resh. Je les ai contacté pour savoir si je pouvais parler de leur concept en France en les citant bien entendu. Elles m’ont donné leurs accord, en précisant de citer également leurs livres…

Lancement d’Andorfine Kitchen 

J’ai décidé de lancer la méthode Andorfine Kitchen, qui s’inspire des dix principes de l’alimentation intuitive mais en ajoutant de la méditation en pleine conscience et du développement personnel. J’ai la ferme intention de developper ce concept en France le plus largement possible. Il est grand temps de vivre pleinement et d’arrêter de souffrir. Nous comptons en plus des rendez-vous personnalisés, développer la méthode en ligne afin de toucher le plus de personnes possibles et qu’il y ait pour tous les budgets.

 

 

 

Tags: No tags

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *