Schéma effet yoyo
Actus

Compulsions alimentaires : Explications !

Dans quels cas perd-on le contrôle?

L'alimentation émotionnelle

Pas une seule personne ne va vivre les choses de la même façon, cependant, on peut distinguer 3 types de pertes de contrôles qui reviennent souvent chez mes clients : 

 

L’Alimentation émotionnelle, (mon sujet favori évidemment)

Lorsque vous ressentez une émotion (souvent des émotions négatives), comme le stress, l’ennui, la fatigue, la tristesse, vous mangez. Vous mangez pour vous réconforter, vous apaiser. On utilise souvent cette phrase « Manger ses émotions ». Sur le moment, l’aliment « doudou » (souvent gras ou sucré) nous fait du bien. Malheureusement cette alimentation émotionnelle à répétition vous fait prendre du poids. Pourquoi? Car vous êtes généralement moins souvent attiré par une pomme lorsque vous avez un petit coup de mou que par une crème glacée qui aura tout de suite plus de succès, puis pourquoi pas une seconde d’ailleurs? La théorie du « foutu pour foutu » n’est pas loin… Et hop une troisième, « foutu pour foutu, je ferai attention demain » ! A chaque fois que vous mangez « sans avoir une vraie faim biologique », vous allez avoir tendance à grossir, à stocker, d’où l’importance d’apprendre à gérer ses émotions autrement que par la nourriture. 

L'hyperphagie

L’hyperphagie : Définition : Désigne l’ingestion de quantités de nourriture supérieures à ce que l’organisme dépense, entrainant une prise de poids. 

Quand elles perdent le contrôle, les personnes souffrant d’hyperphagie mangent une grande quantité d’aliment souvent riche, dans un laps de temps très rapide.  Les crises sont douloureuses à la fois sur le plan physique que sur le plan psychologique (culpabilité, honte, dégout de soi-même). 

Le Bon vivant

La personne qui se dit « bon vivant », prône le lâcher prise et le moment présent. Elle peut être amener à manger plus que sa faim. Le plaisir de partager un bon repas avec des amis, en famille prend le dessus et il mange trop. Il ne s’agit pas d’une relation malsaine avec la nourriture car il s’agit de « moment » qui sont lissés sur la semaine et donc qui n’ont pas d’incidence sur la prise de poids. Evidemment il faut distinguer le comportement d’un bon vivant qui est momentané, à celui du bon vivant de chaque instant qui est dans un laisser aller problématique.

Les privations et restrictions : Le bonheur pour les compulsions alimentaires !

C’est logique, mais on ne le redira jamais assez : Les régimes / restrictions / privations / négociations avec soi-même / contrôle entrainent à coup sûre des compulsions alimentaires. 

Nous avons évoqué les émotions négatives qui pouvaient enclencher une compulsion, mais il y a également les restrictions. Restriction en quantité, et restriction sur le choix des aliments, entrainent forcément à un moment donné une baisse du métabolisme, une fatigue psychologique, puis cela tourne à l’obsession et c’est le compulsion assurée. 

Votre corps, qui je le rappelle est une merveille machine lorsqu’on prend soin d’elle, va anticiper… Vous êtes au régime, le corps ne va pas du tout apprécier… Il n’aime pas du tout être « privé » en parti de nourriture. Il ne sait pas que c’est votre décision… Donc au prochain craquage il va « stocker » et mettre en réserve des kilos pour vous aider à « tenir » en prévision d’une future famine… Cela partait d’un bon sentiment quand on y pense n’est ce pas? Mais ce n’est pas du tout ce que vous vouliez… On peut penser que manger peu va vous faire maigrir, c’est faux sur la longueur. On en tient pas longtemps en mode « restriction » et on finit par manger davantage même qu’une personne qui mangerait normalement. Vous l’aurez compris vous avez tout à perdre en faisant des restrictions alimentaires : 

  • Fatigue
  • Obsession
  • Compulsion alimentaire
  • Prise de poids assurée au lieu d’en perdre !

2 kilos plus ou moins sur la balance : Une normalité

Vos journées ne doivent plus être dictées par les chiffres aperçues sur votre balance le matin à 7h05. Le poids de notre corps varie non stop, en fonction de ce que l’on a mangé, bu, and co. Il varie plus ou moins entre 2 kilos. Alors pourquoi passer une atroce journée si par malheur vous voyez que vous avez pris 2 kilos entre avant hier et aujourd’hui? Stop la balance, oubliez la, et fiez vous uniquement à votre jean fétiche. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *